16 mai 2014

Le dernier livre de Nadine Grandeau vient de sortir, qu'on se le dise!!!

essai_3_avec_accent_sur_le_a_pour_canalblog

 

Le nouveau livre de Nadine Grandeau, grande amie des chats, vient de sortir. 

En voici un petit extrait :

Présentation

C’est en ressortant à l’air moins vicié que je le vis : assis sur une bassine renversée, le regard en direction de la porte de la cour, immobile, à l’écart des autres, blanc, à poils longs, mais si blanc, si beau que j’étais sourde à ce qu’elle me racontait. Il s’appelait Amar, griffait, mordait, était caractériel, méchant. La directrice du refuge le jugeait « inadoptable ».Le Prince de ces lieux, pensai-je aussitôt.Je me dirigeai vers lui très doucement. Il tourna la tête et me fixa d’un regard de chrysoprase qui me fit frissonner. Ce vert lagon, ce poil long calcite blanche, ce nez de quartz rose, c’était irrésistible, j’aimai d’emblée le seul chat parfaitement blanc du refuge. Un chat de conte de fées qui semblait avoir servi de modèle à l’illustratrice de mon enfance, Adrienne Ségur. Je pris quelques clichés avec mon téléphone portable. Il ne bougea pas. J’envoyai les photos sur la messagerie de Christophe, rangeai l’appareil dans mon sac. Je m’approchai doucement de lui, posai trois doigts à plat entre ses deux oreilles en lui parlant doucement, sans trop le fixer. Il se laissa faire. Il ne griffa ni ne mordit.

Son récit précédent "A pas feutrés"a fait l'objet de nombreux et élogieux commentaires. En voici un :

Livre d’une humanité bouleversante, porté par un style entre simplicité et fulgurances qui éclatent comme autant de vérités intimes. Nadine Grandeau n’a pas triché. Et c’est peut-être là que se situe l’ultime beauté de son livre… Patricia Delahaie dans un texte la décrit ainsi : « Quand on la connaît, quand on la lit on est impressionné par le style épuré de cette femme trop sensible. Elle marque durablement par son élévation d’esprit sa quête de sens et la beauté de son regard perdu. Cette femme est un trésor qui s’ignore. Un trésor humain et littéraire. »

L’auteur : Nadine Grandeau vit en région parisienne. A pas feutrés est son 5e livre.
Site http://www.nadinegrandeau.fr/ Dans son dernier livre, Nadine Grandeau nous fait entrer dans l’univers original, intime et littéraire de Léa, créatrice d’accessoires de mode en laine feutrée, feutrière inconsolable de la mort de son ami. Sa passion pour la laine et sa compagne féline, Démonette, la maintiennent au présent. Sa meilleure amie, Léonie, artiste elle-aussi, l’incite à s’inscrire sur un site de rencontres. A pas feutrés est l’histoire de ses rencontres par Internet. Elle rencontre des hommes qui ont du style, qui écrivent ou sculptent, mènent des existences atypiques. Mais il y a aussi les autres qui, justement parce qu’ils ne lui ressemblent pas, vont lui permettre cette distance parfois nécessaire pour se comprendre. Et puis, l’envie récurrente, violente, parfois douce, de mourir. L’écriture est belle, véritablement inspirée, le mot tombe juste là où il doit, pour exprimer toute la sensorialité et la sensualité que procurent à la narratrice le toucher de la fourrure, de la laine ou de la peau masculine…
Extrait : "Il faut choisir un pseudo. Elle pense alors à Lydienne, cette variante du jaspe noir. Lydienne commence comme Léa par un L. Elle télécharge une photo qu’un copain minéralogiste a prise dans son atelier. « Tu me fais penser à la chanson de Léo Ferré, avec tes petits seins… » Elle n’a qu’un seul copain, ce jeune homme. Elle pose devant les vitrines du magasin. « Ils vont croire que tu as une sacrée collection ! » Ils rient. Leur connivence est totale. « Tu sais que les hommes ne pensent qu’à ça », ajoute-t-il . Elle n’a pas fait l’amour depuis deux ans. Elle se promet une chose : aller à chaque rendez-vous parée d’un bijou talisman de Léonie. Elle en affectionne les couleurs chatoyantes, les perles et les strass qui entourent les médaillons, les muses, les tissus japonais, la légèreté, l’éclat. Taffetas, soin, satin rebrodés de rocailles. Elle en possède six. Elle n’ira pas au-delà de six rencontres. Apaisée par cette décision qui lui semble raisonnable, elle avertit la muse amie de son inscription."
Arthenice, peintre toulousaine, nous offre la couverture et des illustrations originales. Paru aux éditions Unicité, 46 av. Jean Jaurès 93110 Rosny-sous-Bois Site internet : 
www.editions-unicite.com (disponible en librairie ou commandez-le sur le site)
Format 21 X 15 - 104 PAGES - ISBN 978-2-919232-27-7